• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des trucs de nettoyage

Des trucs de nettoyage - Sébastien Dupuis

J’avais eu plusieurs costumes à acheter pour commencer mon nouvel emploi. Comme je n’étais pas un adepte de ces tenues avant, je ne savais pas de quelle façon les nettoyer. Je ne mettais un costume qu’une ou deux fois par année, uniquement dans des occasions particulières. Le reste du temps, j’étais habillé de façon très décontractée. Je fus très étonné, en posant quelques questions autour de moi, que le nettoyage d’un vêtement comme celui-là ne se fasse qu’une fois tous les trimestres, environ. Bien sûr, une tâche devait être vite enlevée, de peur qu’elle ne reste incrustée. Pour les tâches de bougie, je connaissais déjà l’astuce, car j’avais eu un pantalon qui avait eu à subir de tels dégâts. Un fer à repasser et une feuille de papier buvard suffisaient. Pour les auréoles dues à la transpiration, en été, rien ne vaut l’usage d’un vaporisateur rempli d’eau et de bicarbonate de soude, ce dernier en petite quantité. C’était ma grand-mère qui m’avait appris cela.

J’avais, heureusement, plusieurs costumes que je pourrais mettre. Une journée pour chacun et je les laisserai dans la penderie ensuite pendant quelque temps. Le meilleur nettoyage n’est pas celui dit « à sec ». Il est peu écologique et les produits chimiques risquent d’abîmer le tissu du vêtement. C’était une de mes sœurs qui m’avait donné cette information. Brosser, puis aérer quotidiennement ma tenue, selon ma voisine de palier, était indispensable. Ne surtout pas prendre de ces rouleaux munis d’un ruban adhésif. Ils endommagent la trame du tissu et participent, dans le temps, à l’apparition de petites bouloches. Pour bien entretenir mes tenues pour aller au travail, je devais aussi les passer à la vapeur, puis les lisser avec le plat de la main, si jamais un faux-pli apparaissait.

J’eus la visite surprise de mon meilleur ami un soir, alors que je rentrais chez moi après une journée bien remplie. Je ne le vis pas, car il s’était caché dans la pénombre, et il portait une veste sombre. Il me fit sursauter en me sautant dessus quand je suis passé à côté de lui. J’étais vraiment content de le voir, car nous n’avions pas pu nous rencontrer depuis presque une année. Il était parti à l’étranger et n’en était revenu que depuis peu de temps. Il m’expliqua qu’il était de passage pour du Botox ; son étonnement de me voir dans une telle tenue se voyait sur son visage. Je l’invitais à partager mon repas du soir.

À propos de l’auteur :

author

Jeune universitaire créatif, j’étudie déjà depuis trois ans les sciences politiques. Mais ça ne m’empêche pas de m’intéresser aux communications. C’est d’ailleurs la raison de la création de ce blogue aujourd’hui. Car oui, j’aime écrire sur plusieurs sujets qui touchent de près ou de loin ma vie. Si vous avez des idées ou des suggestions, surtout n’hésitez pas à me le partager. C’est avec grand plaisir que je les prendrai en considération. Bienvenue!